La tarte aux MiChoKos (II)

Publié le par Manouche

Chose promise... tarte due ! C'est en pensant entre autres à Salwa, Sylvie, Fabienne, Madjy, Milouch, Lilizen, Alhya, Tarzile et Delphinouch qui m'ont fait le bonheur de m'encourager dans ce délire culinaire,  que j'achetais 3 paquets de MiChoko en France et que je les ramenai ici, à Barcelone, au risque de les voir fondre durant le voyage !

Me voici donc confrontée à la concrétisation de ce fantasme gourmand : comment faire ? D'abord, la pâte... Je ressors LA recette de pâte qui me sert pour la tarte aux citrons et autres délices sablés du même genre. 100 g de beurre (je fais moit/moit beurre doux et beurre demi-sel), 100 g de sucre, 1 oeuf, 250 g de farine, 1 pincée de sel, extrait de vanille. Vous connaissez tous le principe : plus on met les mains, mieux c'est... On mélange d'abord le beurre ramolli (pas difficile en ce moment) avec le sucre. Une fois bien homogène on rajoute l'oeuf, puis enfin la farine, le sel et l'extrait... Laisser reposer une petite heure au frigo !

Parfait, le temps de repos de la pâte permet de m'atteler à une tâche dantesque : dépapilloter les MiChoKos sans en manger un sur deux ! Après avoir épluché environ un paquet de ces petits tentateurs et les avoir transférés dans une casserole à fond épais acheté spécialement pour l'occasion (si si !), me voilà saisie par un dilemne profond : ganache ou pas ganache ? 
D'un côté, sans la ganache, il me semble que le goût du caramel et surtout sa texture ressortiraient mieux... De l'autre, comment faire fondre les MiChoKos sans qu'ils s'amalgament et collent au fond ? Et c'est là que la pratique répond à la théorie : pas de dilemne qui vaille, les MiCHoKos qui commencent à fondre sans rien... c'est l'horreur ! Un gloubiboulga qui colle à la casserole et à la cuillère, le chocolat de couverture qui risque d'attacher... Bref, je saisis une bouteille de crème liquide et j'en verse la moitié, mélange et continue à faire fondre à feu doux. J'en rajoute encore un quart jusqu'à obtenir un mélange équilibré . pas trop liquide, pas trop collant...

Après avoir fait cuire à blanc fond de tarte durant une vingtaine de minutes, je verse le mélange onctueux sur la pâte et remet au four 5 petites minutes. Inutile de dire que ça embaume dans la cuisine... Ensuite, direction le frigo pour faire prendre la ganache. J'avoue, j'ai craqué, j'ai goûté au bout d'une heure... un peu décue car le chocolat prenait trop le pas sur le caramel.

 Puis cette nuit, je me suis relevée pour en prendre une part... Bien froide, le caramel refait une digne apparition - non dans la texture, ganache oblige - mais le goût se révèle bien présent. Dans la rubrique du vice... Maintenant, je me prends à rêver d'un sorbet aux fraises tagadas, d'un coulis car-en-sac... Et vous ? quels étaient (ou sont encore) vos bonbecs préférés avec lesquels vous aimeriez inventer une recette ?

Publié dans Gourmandises

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Farfouille 19/09/2006 21:02

mmmmmm je craque !!!! MIAM

Denis LAGARDE 19/09/2006 18:36

O mon dieu, j'en veux!J'avais déjà osé les chipolatas avec la gelée de fruits rouges, le riz au jus d'ananas, mais jamais la tarte aux MiChoKo. Bientôt le steack haché à la sauce aux carambars?;-{D

MissMilly 13/08/2006 18:18

Un vrai délire de canicule !
Mais quelle tentation !! Rien que pour le fun, je serait bien capable de la tester !!
Milly

delphinouche 12/08/2006 16:44

alors moi j'avais proposé cava pr accompagner cette tarte aux michoko, ma proposition tient toujours, elle a l'air délicieuse! si le caramel arrive à refaire surface ds le palais après avoir croquer à pleine dents ds la tarte, je dis oui, bravo de réaliser des recettes riches en émotions, qui ns rple tant notre tendre enfance....
 

peggy 11/08/2006 18:53

excellente cette recette! dire que je devrais attendre de rentrer en France pour l'expérimenter! merci!